Un kilomètre à pied ...

Photocasegpocpho651735882

L’évolution a fait de l’être humain un infatigable marcheur aux longues jambes. Le puissant tendon d’Achille et la structure voûtée sophistiquée du pied sont capables de stocker une grande quantité d’énergie cinétique. L’os massif du talon (calcanéum) amortit les chocs, et les orteils trapus facilitent le déroulé du pied.

Plus encore que la station debout, c’est la capacité de l’homme à marcher longtemps qui lui a conféré un avantage évolutif décisif. La marche pieds nus faudrait-il préciser, car c’est ainsi que les pieds reçoivent le plus de stimuli. Ils sont capables de compenser activement les irrégularités du sol, ce qui accentue la sensibilité et renforce les muscles. Coincés toute la journée dans des chaussures, en revanche, les muscles et les terminaisons nerveuses des pieds commencent à souffrir.

L’anatomie du pied

Un coup d’œil à l’anatomie du pied humain révèle un chef-d’œuvre d’architecture avec ses voûtes longitudinale et transversale, se composant de 26 os, 32 articulations, 31 groupes de muscles et pas moins de 107 tendons et ligaments.

La voûte longitudinale qui s’étend de l’articulation de la base du gros orteil au talon doit en grande partie sa stabilité aux trois os cunéiformes. Ce n’est pas un hasard si ces os en forme de coins évoquent les pierres centrales des arcades romaines connues pour leur stabilité. On distingue trois zones du point de vue clinique: l'avant-pied, la zone médiane et l'arrière-pied.

Clickez sur les images pour les voir de plus grande taille.

Rls017 Rz 05 Seitenansicht 140327
  1. Articulation de la base des orteils (métatarso-phalangienne)
  2. Métatarse
  3. Os cunéiforme
  4. Os naviculaire
  5. Astragale
  6. Calcanéum
  7. Articulation basse (subtalaire)
  8. Articulation de la cheville (talo-crurale)

Mots-clés