Interrompre les chaînes d’infection: l’appli SwissCovid

Covidapp

La crise du Covid-19 n’est pas encore terminée, même si le Conseil fédéral ne cesse d’assouplir les mesures. Des efforts supplémentaires sont nécessaires pour garantir que le taux de reproduction n’augmente pas. Dans ce contexte, le traçage et l’interruption des chaînes d’infection constituent des mesures essentielles. Avec l’application SwissCovid, qui transforme un téléphone portable en un système d’alerte précoce, chacun peut contribuer à interrompre rapidement les chaînes d’infection. L’application informe automatiquement ses utilisatrices et utilisateurs s’ils ont eu des contacts avec des personnes dont il est prouvé qu’elles sont infectées. La Ligue contre le rhumatisme soutient l’utilisation de SwissCovid, car il s’agit d’une mesure de protection importante pour les personnes souffrant de rhumatismes et leurs familles. Plus le nombre de personnes qui installeront et utiliseront l’application sera élevé, plus celle-ci contribuera à contenir le Covid-19.

En quoi l’application est-elle importante?

Dans le cadre de la recherche classique des contacts, les personnes infectées sont contactées par téléphone par les autorités cantonales, qui les interrogent afin d’identifier les personnes avec lesquelles elles ont été en contact. Les autorités se mettent ensuite en rapport avec ces personnes et les informent d’une éventuelle infection, les conseillent et, si nécessaire, leur proposent un examen médical et un traitement. L’application SwissCovid complète cette procédure en comblant les failles inhérentes à la recherche classique des contacts. Il est en effet impossible pour les personnes infectées de nommer toutes les personnes qu’elles ont croisées lors de leurs achats ou d’une visite au restaurant.

Comment l’application fonctionne-t-elle?

L’application SwissCovid est installée sur le téléphone portable. Lorsque l’application est activée, le téléphone envoie des identifiants aléatoires (chaînes de chiffres) via Bluetooth. Lorsque des appareils équipés de l’application SwissCovid sont rapprochés, ils échangent leurs identifiants aléatoires. Si une utilisatrice ou un utilisateur signale plus tard une infection via l’application, les autres téléphones portables vérifient que l’identifiant aléatoire en question ne figure pas dans leur mémoire et qu’il n’y a pas eu risque d’infection. En outre, l’application mesure la distance et la durée des rencontres ainsi que la durée de tous les contacts pendant une journée qui pourraient potentiellement transmettre le virus. Au bout de deux semaines, les identifiants aléatoires enregistrés sont automatiquement effacés de l’appareil. Les utilisatrices et utilisateurs de l’application n’ont rien d’autre à faire que de transporter le téléphone portable sur eux avec la fonction Bluetooth activée.

Comment les personnes sont-elles prévenues?

Si une personne équipée de l’application SwissCovid est testée positive au nouveau coronavirus, elle reçoit un code «Covid» des autorités cantonales. Ce code lui permet d’activer la fonction de notification dans l’application. Cette étape permet d’éviter les abus. Après l’activation, les utilisatrices et utilisateurs de l’application reçoivent une notification leur indiquant qu’ils ont potentiellement été infectés. La condition : ils se sont trouvés à moins de 1,5 mètres d’une ou plusieurs personnes infectées pendant environ 15 minutes au cours d’une journée durant la période de risque d’infection (deux jours avant l'apparition des symptômes de la maladie). Ce message est automatique et anonyme. Les personnes averties peuvent appeler la ligne d’information indiquée dans l’application et s’informer sur la conduite à tenir. La sphère privée de l’utilisatrice ou de l’utilisateur n’est violée à aucun moment. Si une personne avertie présente déjà des symptômes, elle doit rester chez elle, éviter tout contact avec d’autres personnes, passer le test de dépistage du coronavirus ou appeler son médecin. En agissant de manière solidaire, chacun peut contribuer à interrompre les chaînes d’infection.

Tracer n’est pas pister

L’application SwissCovid a déjà été téléchargée environ 1,6 million de fois. Selon une enquête de Comparis, de nombreuses personnes qui se sont prononcées contre son installation invoquent des préoccupations liées à la vie privée. Les craintes de pistage ne sont pas fondées, car l’application SwissCovid utilise Bluetooth pour échanger les chaînes de numéros aléatoires et en aucun cas des données GPS. Les données que le téléphone portable recueille sur les autres utilisatrices et utilisateurs ne sont stockées que localement. Le téléphone portable ou l’application SwissCovid n’envoie aucune donnée personnelle ou de localisation à des emplacements de stockage ou des serveurs centraux. Personne ne peut par conséquent savoir avec qui une utilisatrice ou un utilisateur a été en contact et où ce contact a eu lieu. La sphère privée est donc préservée à tout moment.

Que disent les personnes «à risque» au sujet de l’application SwissCovid?

Andrea Portrait 720X416Px

Andrea Möhr, membre du Conseil consultatif des rhumatisants de la Ligue suisse contre le rhumatisme, atteinte de spondylarthrite:

« Pour moi, il est évident d’utiliser l’application. En ce qui concerne l’anonymat, je fais confiance à la technologie et je pense rarement à l’application. Je pense qu’elle représente une aide supplémentaire dans la lutte contre la propagation du virus. Dans la vie de tous les jours, il est encore plus important pour moi de garder mes distances et de toujours porter un masque. »

Téléchargement de l'appli pour Android: https://play.google.com/store/apps/details?id=ch.admin.bag.dp3t

Téléchargement de l'appli pour iOS: https://apps.apple.com/ch/app/id1509275381

Mots-clés