Qu’est-ce qu’une poussée rhumatismale?

Storm 5282509 19201

Une poussée rhumatismale est une phase d’activité accrue de la maladie au cours de laquelle les symptômes sont plus prononcés. Les poussées s’accompagnent en général d’une recrudescence des douleurs et des gonflements articulaires. Cette flambée souvent soudaine de la maladie se caractérise par l’aggravation de symptômes qui s’étaient auparavant améliorés, voire par l’apparition de nouveaux symptômes. Certaines personnes ressentent les signes annonciateurs d’une poussée. Elles remarquent par exemple que les raideurs matinales augmentent, elles éprouvent un sentiment de malaise général ou elles se sentent anormalement fatiguées.

Quand j’ai une poussée rhumatismale, je dois attendre deux heures avant de pouvoir enfiler mes chaussettes.
Andrea, atteinte de spondylarthrite

Les symptômes sont nombreux. La maladie rhumatismale se manifeste en effet différemment d’un individu à l’autre. Une poussée peut ainsi durer de quelques jours à plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Les symptômes spécifiques et leur gravité peuvent également varier d’une personne et d’une situation à l’autre. Les poussées sont généralement perçues comme très stressantes. Elles affectent et limitent dans leur vie quotidienne pratiquement toutes les personnes qui souffrent d’une maladie rhumatismale inflammatoire.

Les conseils et techniques suivants peuvent aider les personnes concernées à mieux faire face aux poussées et, avec le temps, à identifier ce qui les déclenche.

1. Contactez votre rhumatologue.

Beratung Rls

Il est important que vous contactiez votre rhumatologue traitant. Une poussée signale en effet une faille dans le traitement médicamenteux. On peut comparer cela à un départ de feu: il est plus facile d’éteindre une petite flamme que d’attendre que toute la forêt brûle. Certaines personnes souffrent aussi régulièrement de poussées moindres, mais récurrentes. Dans de tels cas, il est recommandé d’établir à l’avance une stratégie d’urgence avec le médecin traitant.

Votre rhumatologue discutera avec vous de la meilleure façon de faire face à la poussée. Il n’est pas forcément nécessaire de changer de médicament. Les doses ou les intervalles entre les prises/administrations peuvent être aussi augmentés/prolongés ou diminués/raccourcis. Après la poussée, il est souvent possible de ramener le dosage à son niveau antérieur. Si cela ne fonctionne pas, un changement de médicament doit être envisagé. Si une seule articulation est touchée, par exemple le genou, une infiltration est également possible. Si cette mesure s’avère suffisante, il n’est pas nécessaire de modifier le traitement. Dans certains cas, la prise de comprimés de cortisone peut également permettre de surmonter une poussée – à condition toutefois que le surcroît d’activité inflammatoire ne dure que peu de temps et disparaisse ensuite à nouveau.

Personne ne devrait simplement accepter une poussée.
Dr méd. Barbara Meier (rhumatologue)

2. Les remèdes de grand-mère peuvent soulager les symptômes

Même si, lors d’une poussée, vous devez toujours consulter votre médecin traitant, certains remèdes de grand-mère peuvent aider à combattre les symptômes.

En plus des médicaments, rester couchée, ne manger que des aliments légers et me tenir au chaud m’aide. La dernière fois, ma fille s’est allongée dans le lit à côté de moi et ensemble, nous avons regardé un film d’animation merveilleusement reposant sur Netflix. Cela m’a fait un bien fou.
Julia, atteinte de rhumatisme

Pexels andrea piacquadio 846080

Repos et détente

Lors d’une poussée, vous devez réduire votre niveau d’activité. La plupart des personnes concernées le font automatiquement, car les symptômes initiaux typiques sont une perte d’énergie. Travaillez à domicile si votre employeur le permet. Demandez à votre entourage de vous aider dans les activités les plus énergivores, comme les courses, et essayez de dormir suffisamment. Si vous êtes toujours fatigué·e et épuisé·e pendant la journée après une nuit de sommeil suffisante, vous pouvez faire une courte sieste.

Certaines personnes se relaxent en pratiquant la méditation, le yoga ou le training autogène. La technique de relaxation que vous choisissez est secondaire. C’est en effet votre état d’esprit qui compte. Car ce n’est que si la méthode de relaxation choisie vous convient que vous l’utiliserez régulièrement.

Activité modérée

Cela peut sembler contradictoire avec la recommandation précédente, mais il a été démontré que les étirements doux et la marche légère aident à réduire la raideur et augmentent le bien-être général. Il est important de trouver votre équilibre personnel entre le repos et le mouvement. Commencez donc lentement, n’en faites pas trop et écoutez votre corps. Si les douleurs s’aggravent, réduisez à nouveau l’activité physique. Vous trouverez des programmes d’exercices à pratiquer à la maison sur www.rheumafit.ch.

Refroidir ou chauffer les articulations

La plupart des gens savent ce qui, du chaud ou du froid, leur convient le mieux. Faites confiance à vos sensations. Fiez-vous sinon à la règle suivante: en cas d’inflammation aiguë, les articulations réagissent positivement au froid, tandis que la chaleur calme les inflammations articulaires chroniques. Évitez de placer des compresses chaudes ou froides directement sur la peau. Envelopper de préférence les emplâtres dans un linge avant de les poser sur une articulation. Les coussins de noyaux de cerise sont très pratiques, ils peuvent être utilisés aussi bien pour refroidir que pour réchauffer.

L’alimentation anti-inflammatoire

Des études ont établi qu’un régime anti-inflammatoire peut avoir un effet positif sur l’évolution des maladies rhumatismales inflammatoires. Renoncez par conséquent aux aliments connus pour favoriser les inflammations. Cela est particulièrement important en cas de poussée, car l’activité inflammatoire de l’organisme est alors à son comble. Une alimentation adaptée vous aidera à soulager votre corps. Informations complémentaires sur l’alimentation et les rhumatismes.

3. Tenez un journal de vos symptômes

Pexels ketut subiyanto 4132326

Les spécialistes s’accordent à dire que les personnes souffrant d’une maladie rhumatismale connaissent leur corps mieux que n’importe qui d’autre. Ce sont elles qui savent le mieux quelles articulations sont enflammées, ce qui les soulage et ce qui a déclenché la poussée. La compréhension des facteurs personnels qui déclenchent les poussées vient avec l’expérience: tenir un journal des déclencheurs possibles et des symptômes permet de comprendre quand et pourquoi ceux-ci apparaissent. Outre les erreurs dans la prise des médicaments (par exemple, l’oubli ou le sous-dosage), le stress, le manque de sommeil, une infection ou un surmenage physique peuvent également être à l’origine d’une poussée. Avec le temps, vous comprendrez mieux ce qui déclenche vos poussées et ce que vous pouvez faire vous-même pour les prévenir.

Au début de ma maladie, j’en ai enregistré l’activité sur une application appelée RheumaBuddy. Cela m’a aidé à établir un lien entre le sommeil, le stress et les symptômes.
Lena F. (atteinte de PsA)

Mots-clés