Résilience: une tendance lourde

Zen Jardin Sable

Qu’est-ce que la résilience?

Le terme a été introduit en psychologie dans les années 1950 et désigne la force intérieure et la capacité à surmonter les épreuves. Les personnes résilientes font bien mieux face aux crises, aux revers et aux coups du sort que celles dont la résilience est faible. Un degré élevé de résilience atténue le risque de troubles psychiques à la suite d’événements graves et prévient la dépression.

Comment classer la résilience?

La résilience est liée à la salutogenèse, une approche thérapeutique qui consiste à ne pas se concentrer sur ce qui rend une personne malade, mais sur ce qui la maintient en bonne santé malgré des circonstances défavorables. La vulnérabilité (fragilité émotionnelle) est l’opposé de la résilience. On appelle hormèse l’équivalent physiologique de la résilience, c’est-à-dire la capacité des cellules et des organismes à s’adapter à de faibles doses d’agents toxiques.

Existe-t-il un gène de la résilience?

Les scientifiques affirment avoir identifié plusieurs gènes liés à la résilience et, selon des études sur les jumeaux, 30 à 50% de la résilience pourrait être d’ordre «génétique». L’influence des conditions de vie semble cependant jouer un rôle prépondérant. Il ressort de ce constat que la résilience peut être apprise, entraînée et développée.

Quels sont les sept piliers de la résilience?

Pour mieux expliquer la résilience, on la classe souvent en sept facteurs. Des publications influentes traitant des «sept clés» ou des «sept piliers» de la résilience ont popularisé ce chiffre.

Bien que le modèle des sept piliers puisse varier d’un(e) auteur(e) à l’autre, tous recouvrent plus ou moins les mêmes notions. Lors d’une conférence publique de la Ligue contre le rhumatisme Berne et Haut-Valais, le coach et psychologue Heinz Bolliger-Salzmann a proposé un modèle à sept piliers très accrocheur et intuitif:

  1. Être positif
  2. Accepter les situations
  3. Rechercher des solutions
  4. Renoncer au rôle de victime
  5. Prendre des responsabilités
  6. Développer des contacts
  7. Planifier l’avenir

Comment puis-je développer ma résilience?

Il n’existe pas de méthode miracle pour développer la résilience, mais une multitude d’exercices peuvent être appris lors de séances de coaching individuelles, d’ateliers de groupe ou dans la littérature en plein essor sur la résilience. D’innombrables vidéos disponibles sur YouTube (recherchez «Développer sa résilience») donnent également un bon aperçu de ce qu’est la résilience.

De nombreuses approches – exercices de pleine conscience, techniques de respiration, relaxation, massage fascial, yoga, qi gong, thérapie par la danse, musicothérapie, sonothérapie, chant de mantra, Sacred Crystal Sound, méditation guidée ou autonome, etc. – visant à développer la résilience s’inscrivent dans la lignée de la médecine du corps et de l’esprit. La résilience peut donc être développée à partir de différentes sources mettant en jeu toutes les dimensions de la santé: biologique, psychologique, sociale et spirituelle.

Notez bien: les personnes résilientes ne sont pas des superhéros qui résolvent leurs problèmes par un claquement de doigts. Elles ont au contraire la force de se confier à d’autres personnes et de demander de l’aide, y compris professionnelle telle que la psychothérapie.

Résilience et maladies chroniques

Les personnes mentalement résilientes résistent mieux aux effets secondaires psychologiques d’une maladie physique. Ce lien manifeste a été étudié par deux chercheuses de l’hôpital universitaire d’Iéna en 2018. Dans le cadre d’une métaétude, Francesca Färber et Jenny Rosendahl ont évalué plus de cinquante études basées sur les données de 15 000 personnes souffrant de diverses maladies et déficiences physiques (pas seulement de rhumatismes).

Le résultat: «Plus la résilience face aux maladies physiques est prononcée, moins les personnes touchées présentent de symptômes de stress psychologique.» D’autres études prospectives sont toutefois nécessaires pour mettre en évidence une relation de cause à effet.

La Ligue suisse contre le rhumatisme ne propose pas de formation à la résilience, mais un grand nombre de nos cours enseignent des exercices et des techniques relevant de la médecine du corps et de l’esprit. Cherchez dans les catégories qi gong, pilates, yoga, easy dance, chant, etc.

Trouver des cours

Sources

Bolliger-Salzmann, Heinz: Krankheitsbewältigung, Salutogenese und Widerstandskraft bei Krankheit und Belastung. Zusammenhänge und pragmatische Umsetzung. («Gestion des maladies, salutogenèse et résistance aux maladies et au stress. Corrélations et mise en œuvre pragmatique».) Conférence publique, tenue le 14.06.2018 à Berne.

Färber F, Rosendahl J: Zusammenhang von Resilienz und psychischer Gesundheit bei körperlichen Erkrankungen. Systematisches Review und Metaanalyse. («Lien entre la résilience et la santé mentale dans les maladies physiques. Examen systématique et méta-analyse.») Dtsch Arztebl Int 2018; 115 (38): 621–7; DOI: 10.3238/arztebl.2018.0621

Helsana: Conseils pratiques pour être plus résilient Consultable sous ce lien. Consulté pour la dernière fois le 18.06.2020.

Migros-Impuls: La résilience, ça s’apprend! Consultable sous ce lien. Consulté pour la dernière fois le 18.06.2020.

Selpers: Psychologische Aspekte der rheumatoiden Arthritis. («Aspects psychologiques de la polyarthrite rhumatoïde.») Consultable sous ce lien.Consulté pour la dernière fois le 18.06.2020.

Wikipédia: Résilience (psychologie). Consulté pour la dernière fois le 18.06.2020.

Mots-clés