Conseils pour lutter contre le blues de la pandémie

femme canapé téléphone café

Depuis le 16 mars, la Suisse est en état d’urgence. Les mesures de confinement décidées par les autorités constituent pour beaucoup une expérience inédite et une épreuve psychologique pour certains. Que conseille une psychologue dans une telle situation?

Ligue suisse contre le rhumatisme: Que se passe-t-il en nous lorsque nous devons nous isoler des autres?

Martina Berchtold: Nous nous retrouvons livrés à nous-mêmes. Nous devons alors pratiquer une certaine forme d’introspection et trouver nous-mêmes des solutions à nos problèmes. En l’absence d’aides extérieures, nous devons nous relier à nos aides intérieures.

Que sont les aides intérieures?

Les aides intérieures peuvent être des rêves, des images ou des souvenirs positifs, par exemple des souvenirs d’êtres chers. Vous pouvez par exemple imaginer ce que votre grand-mère aurait dit à propos de cette situation, et comment elle y aurait fait face.

Nous pouvons également nous appuyer sur les expériences enrichissantes que nous avons vécues dans la nature, lors de voyages ou avec d’autres personnes. Nous pouvons activer notre créativité et puiser dans nos ressources. Nous devons apprendre à faire face à l’inévitable avec calme.

Qu’est-ce qui peut contribuer à rendre l’isolement social plus facile à supporter?

Vous pouvez structurer votre vie quotidienne. Réfléchir à ce que vous voudriez faire demain et le planifier comme s’il s’agissait d’un rendez-vous. Vous pouvez aussi vous habiller comme si vous sortiez. Ne passez pas toute la journée en pyjama!

Même les jours où vous restez dans votre appartement, vous devez essayer de trouver un moyen d’alterner tension et détente. Par exemple, en séparant systématiquement le travail et les moments de repos. Appuyez-vous aussi sur vos talents et vos compétences. Peut-être pouvez-vous déterrer un ancien passe-temps ou vous tourner vers de nouveaux intérêts.

Quelles formes de communication recommandez-vous?

Je recommande le bon vieux téléphone, avec ou sans image. Les adeptes du numérique et autres geeks peuvent utiliser les nouveaux médias. Vous pouvez vous remettre à écrire des lettres. Pourquoi aussi ne pas communiquer avec vous-même par l’intermédiaire d’un journal intime? Donnez libre cours à votre créativité.

Le coronavirus domine les médias. Une diète médiatique temporaire peut-elle être bénéfique?

Une diète médiatique temporaire peut en effet faire beaucoup de bien. Il n’en reste pas moins que les médias sont importants pour s’informer. Une consommation consciente des médias, un bon film ou un beau reportage peuvent également distraire des soucis, procurer du plaisir ou donner de la profondeur à la vie quotidienne.

Le moment est-il propice pour s’initier à la relaxation profonde ou à la méditation?

Oui et non. En fait, il faudrait apprendre les techniques de relaxation quand tout va bien pour pouvoir les appliquer quand tout va mal. Les offres d’initiation ne manquent pas sur Internet et certaines sont de qualité. En dehors des méthodes professionnelles, de nombreuses activités – par exemple marcher, lire ou écouter de la musique – sont des sources de détente.

Martina Berchtold
Martina Berchtold, psychologue FSP

Que dois-je faire si je panique?

Essayez de rester calme, appelez des amis ou contactez un centre de conseil ou un psychologue. Les conseils écrits indiquent la direction dans laquelle chercher. La véritable aide ne peut venir que d’un échange avec un spécialiste et du travail sur vous-même.

Mots-clés