Le CBD, une molécule efficace contre le rhumatisme

Cbd

Le CBD (cannabidiol) est un composant du chanvre (Cannabis sativa) appartenant au groupe des cannabinoïdes. On attribue au CBD des vertus thérapeutiques permettant de soulager les inflammations et les douleurs inflammatoires. Nous avons demandé au Dr Manfred Fankhauser de nous dire ce qu’il pense du CBD et de partager avec nous son expérience de cette molécule. Sa pharmacie de Langnau, dans le canton de Berne, fournit des préparations à base de CBD et/ou de THC, principalement à des patients souffrant de douleurs.

Manfred Fankhauser

Ligue suisse contre le rhumatisme: Qu’est-ce qui différencie le CBD du THC?

Manfred Fankhauser: Sur le plan chimique, le CBD et le THC sont très proches. Ils comptent tous deux le même nombre d’atomes de carbone, d’hydrogène et d’oxygène, mais ne présentent pas la même structure ni les mêmes effets pharmacologiques.

Contrairement au THC, le CBD n’a aucun effet stupéfiant. Il atténue même celui du THC.

Autre différence notable: du point de vue de la recherche, les scientifiques en savent beaucoup plus sur le THC que sur le CBD.

Peut-on conseiller la prise de CBD contre les rhumatismes?

Oui, à condition de ne pas le prescrire en premier lieu contre la douleur. C’est plus le domaine du THC, dont les effets analgésiques sont éprouvés, en particulier chez les patients atteints de sclérose en plaques. Le CBD se distingue davantage par ses puissantes propriétés anti-inflammatoires.

Recommandez-vous donc la prise de CBD aux patients souffrant de rhumatismes inflammatoires?

Non. Les vertus anti-inflammatoires du CBD sont d’autant plus efficaces qu’elles sont combinées aux effets analgésiques du THC. C’est ce qu’ont montré de nombreuses recherches sur le cannabis, études d’observation et témoignages de médecins traitants ou de patients. C’est pourquoi je conseille généralement aux personnes souffrant d’arthrite de prendre une huile ou une teinture à base des deux cannabinoïdes CBD et THC.

Et pour les autres formes de rhumatismes?

Les effets analgésiques du THC se combinent également très bien à l’action anti-inflammatoire du CBD pour traiter l’arthrose, les rhumatismes des parties molles, les douleurs de dos chroniques et l’ostéoporose.

Et la fibromyalgie?

Au cours des onze dernières années, notre pharmacie a prescrit des préparations à base de CBD et de THC à une centaine de patients souffrant de fibromyalgie, et leurs retours ont souvent été positifs.

Comment expliquez-vous la popularité soudaine du CBD?

Par plusieurs raisons. De nombreux fournisseurs arrivent sur le marché et veulent vendre leurs produits à base de CBD. Ils ont intérêt à présenter le CBD comme un traitement miracle contre de nombreuses maladies. Or, le CBD n’est en aucun cas un produit miracle.

Déconseillez-vous donc d’utiliser des traitements à base de CBD?

Absolument pas! De nombreux produits au CBD à base d’extraits de plantes de bonne qualité sont en vente libre. Ils contiennent non seulement du CBD, mais aussi tout le spectre naturel des cannabinoïdes ainsi que d’autres substances du chanvre encore peu étudiées.

Mais il y a aussi des moutons noirs. Des résidus de pesticides ont déjà été trouvés dans certains échantillons. De plus, comme les produits à base de CBD en vente libre ne sont pas assimilés à des médicaments, ils ne sont accompagnés d’aucune posologie. Quant aux teneurs indiquées (ex. 5% de CBD, 10% de CBD ou plus), elles ne sont pas toujours fiables. La qualité devrait être mieux contrôlée.

Que pensez-vous des thérapies uniquement à base de CBD?

Selon les indications, et si le médecin traitant ne souhaite absolument pas prescrire de THC, alors une thérapie uniquement à base de CBD peut être envisagée. Notre pharmacie propose des huiles exclusivement composées de CBD, qui sont des mono-préparations sans THC soumises à ordonnance. Elles contiennent 2,5 à 20% de CBD.

D’autre part, en Suisse, une mono-préparation à base de THC pur, le Dronabinol, est disponible depuis plus de 11 ans, sans CBD. Toutefois, comme je le disais, d’un point de vue médical, la combinaison sous forme de préparations industrielles ou magistrales confectionnées en pharmacie de cannabinoïdes tels que ceux contenus dans le chanvre peut être judicieuse pour certaines maladies.

Quid des effets secondaires?

Le CBD génère peu d’effets secondaires. Il peut être pris sans problème sur une longue période de temps. Les éventuels effets secondaires, tels que diarrhées ou variations des paramètres hépatiques, sont presque toujours liés à un surdosage.

Le THC entraîne lui aussi peu d’effets secondaires. De fortes doses sont nécessaires pour qu’une préparation de cannabis contenant du THC produise un effet stupéfiant.

Comment se procure-t-on du CBD ou du THC médical?

Le médecin traitant doit prescrire une préparation contenant du THC et demander à l’OFSP une dérogation individuelle. À partir de 1% de THC, les préparations sont en effet soumises à la loi sur les stupéfiants. La demande doit également être signée par le patient. L’OFSP la traite en sept à dix jours. Il délivre ensuite une ordonnance et une prescription de stupéfiant, généralement limitée à un an.

Ce n’est qu’une fois muni de ces documents de l’OFSP que le patient peut se procurer la préparation. L’envoi par la poste de la préparation doit se faire par courrier recommandé, et le patient doit réceptionner lui-même le colis et en accuser réception.

Les préparations 100% à base de CBD peuvent être directement prescrites par un médecin, sur ordonnance normale.

Quels produits sont remboursés par l’assurance-maladie?

Aucun médicament contenant du CBD et/ou du THC n’est remboursé. Ces traitements ne sont pas pris en charge par l’assurance de base ni par les assurances complémentaires.

Rien n’empêche toutefois les patients de demander une dérogation à leur caisse d’assurance-maladie. En effet, dans certains cas, les traitements à base de cannabis peuvent s’avérer moins coûteux que les traitements médicamenteux traditionnels. Les caisses d’assurance-maladie prennent de plus en plus souvent en charge les thérapies à base de cannabis médical dont les coûts sont compris entre 400 et 600 francs par mois.

Que faire si le médecin traitant refuse de prescrire un traitement à base de cannabis?

Cela dépend. Émet-il des réserves sur l’intérêt du cannabis à usage médical? Ignore-t-il son potentiel? Ou hésite-t-il devant les démarches administratives à effectuer auprès de l’OFSP? Notre pharmacie reçoit chaque jour des appels de médecins. Nous les informons et les conseillons. Nous pouvons également recommander au médecin un confrère «habitué des traitements à base de cannabis» vers qui diriger un patient.

En revanche, nous ne pouvons et ne souhaitons pas recommander de médecins aux patients et n’encourageons personne à changer de médecin. Il est généralement préférable de rester chez son médecin traitant.

Date de l’interview (mené en allemand): 19 février 2019

Mots-clés