Concert de bienfaisance : La musique sous le signe de l’excellence

Solistinnen

Jana Telgenbüscher et Lucie Kočí, deux jeunes musiciennes maintes fois récompensées, partagent non seulement une passion sans limites pour la musique, mais aussi un talent extraordinaire. Lors d’un entretien, elles nous ont raconté comment elles en sont venues à se produire comme solistes lors du concert de bienfaisance de la Ligue suisse contre le rhumatisme. Elles nous ont également expliqué ce que, selon elles, musique et mouvement ont de commun.

Jana Telgenbüscher a reçu ses premières leçons de violoncelle à l’âge de 5 ans, et c’est au même âge que Lucie Kočí a tenu son premier violon. Toutes deux ont grandi dans des familles de musiciens. Aujourd’hui, elles étudient la « solo performance » à la haute école de musique de Lucerne, ont déjà donné d’innombrables concerts et remporté de nombreux prix.

Le 26 octobre 2018, elles se produiront en solistes dans le Concerto pour violon et violoncelle en la mineur, opus 102, dit Double Concerto, de Johannes Brahms interprété dans le cadre du concert de bienfaisance de la Ligue suisse contre le rhumatisme. Cela aussi, elles le doivent à leur virtuosité. La haute école de musique de Lucerne, avec la coopération de laquelle la Ligue suisse contre le rhumatisme donne le concert, avait organisé un concours interne pour les parties solistes. Jana Telgenbüscher et Lucie Kočí ont su convaincre le jury. Toutes deux s’en sont énormément réjouies.

« Ce concert constitue un honneur pour nous »

Solistinnen Portrait
Jana Telgenbüscher et Lucie Kočí

Elles se sont donc préparées avec enthousiasme et, dès les premières répétitions, elles ont constaté qu’entre elles, le courant passait et que jouer ensemble les enrichissait mutuellement. « Ce concert constitue un honneur pour nous et nous y consacrons beaucoup d’efforts », explique Jana Telgenbüscher.

Toutes deux sont particulièrement enthousiastes à l’idée de pouvoir se produire au KKL. Le KKL est en effet une salle de concert absolument unique pour les musiciens, tant en termes d’acoustique que d’ambiance. « Vous pouvez entendre chaque note jouée », explique Lucie Kočí. Jana Telgenbüscher est rentrée récemment d’une tournée de concerts en Europe avec le célèbre Gustav Mahler Jugendorchester. Parmi les nombreuses grandes salles de concert dans lesquelles elle a joué, le KKL est l’une de celles qui lui ont laissé la plus forte impression.

Le double concerto de Brahms exerce une fascination particulière sur les musiciennes : elles ont leur partie solo, mais elles doivent aussi jouer en duo, avec un caractère de musique de chambre, et puis il y a la communication avec l’orchestre, que les deux aiment tant.

La musique est un sport de haut niveau

Pour les deux artistes, vivre pour et avec la musique est un privilège. Pour Lucie Kočí, c’est un merveilleux don de Dieu. Et quand Jana Telgenbüscher est sur la route sans violoncelle, il lui manque quelque chose. Mais la musique est aussi leur métier. Un métier exigeant. Au niveau émotionnel, mais aussi physique. La posture rigide et asymétrique qu’elles doivent garder pour jouer, souvent pendant des heures, sollicite les articulations et les muscles. Toutes deux ont déjà souffert de problèmes de colonne vertébrale et parfois de fortes douleurs dorsales. Et elles sont fermement convaincues que dans ce domaine, une seule chose peut les aider : l’activité physique.

Jana Telgenbüscher a dû changer de position sur le violoncelle et suivre plusieurs séances de physiothérapie. Entre-temps, elle connaît les exercices qui lui font du bien. Elle a trouvé une solution au problème posé par ses nombreux déplacements : elle est membre d’un club de fitness en ligne. Elle pratique maintenant ses exercices seule dans sa chambre d’hôtel et a un coach à ses côtés qui la motive.

Lucie Kočí confirme qu’un simple changement de posture par rapport à l’instrument peut suffire à améliorer les choses. Elle a rédigé son travail de master sur les mesures que les musiciens peuvent prendre pour prévenir la douleur. « Un athlète de haut niveau a toujours un entraîneur qui s’assure qu’il s’échauffe et s’étire correctement. Les musiciens n’ont pas ça. » Ils en auraient pourtant bien besoin. La pratique d’une activité physique régulière est extrêmement importante. Personnellement, elle adore la randonnée, car pour elle, la nature est autant un aliment pour l’âme que la musique.

Nourriture pour l’âme

Le concert de bienfaisance sera certainement aussi une nourriture pour l’âme. Toutes deux décrivent la musique comme quelque chose de très subjectif. Mais si le public est ouvert, ses effets peuvent être puissants. Un véritable virtuose n’a d’autre but que de s’effacer devant sa propre musique. C’est là tout l’art des grands musiciens.

Jana Telgenbüscher et Lucie Kočí y travaillent. Pour le concert de bienfaisance, elles veulent offrir au public une merveilleuse expérience musicale. Et ceci avec fierté, car jouer pour une bonne cause donne à leur travail une signification particulière.

Les deux musiciennes félicitent la Ligue suisse contre le rhumatisme et espèrent que les recettes du concert permettront de concrétiser de nombreux projets en faveur des personnes souffrant de rhumatismes.

Commander des billets

Luci Koci

Lucie Kočí, violon

  • Née en 1991 à Prague
  • Master Performance à la haute école de musique de Lucerne, actuellement, master Solo Performance
  • Soliste dans l’orchestre de chambre du philharmonique de Prague, l’orchestre de chambre slovaque, l’orchestre Junge Philharmonie Zentralschweiz et l’orchestre de chambre suisse « La banda ANTIX »
  • En mai 2018, soliste au Pianistico Internazionale di Brescia e Bergamo, Italie
  • Participation à de nombreux cours de maîtres, concerts et prix internationaux
  • En tant que membre du quatuor familial « Prague Cello Family », elle s’est produite dans toute l’Europe, aux États-Unis et au Japon et a enregistré trois CD
Jana Telgenbuescher

Jana Telgenbüscher, violoncelle

  • Née en 1992 à Paderborn
  • Études Solo Performance à la haute école de musique de Lucerne avec Christian Poltéra
  • Soliste au sein du Gustav Mahler Jugendorchester
  • Membre du « TrioGaston » (en 2015 et 2016, le « TrioGaston » a remporté le premier prix du concours Auryn)
  • En 2014, premier CD avec des œuvres pour violoncelle et orgue, en collaboration avec l’organiste Sebastian Freitag

Mots-clés