La fibromyalgie: une maladie mitochondriale?

Symbolbild Bewegung Frau Outdoor

L’hypothèse selon laquelle la fibromyalgie est liée ou due à un affaiblissement et à un dysfonctionnement des mitochondries n’est pas très neuve. Mais ce n’est que récemment qu’un groupe de chercheurs espagnols a réussi à démontrer un dysfonctionnement des mitochondries dans des échantillons de peau de personnes atteintes de fibromyalgie1

Le monde de la rhumatologie scientifique a pris acte de cette étude publiée en 20152. Si elle était confirmée par d’autres études, il faudrait probablement ajouter la fibromyalgie à la liste des maladies mitochondriales. Pour l’heure, ni Wikipédia ni le Pschyrembel n’incluent le syndrome de fibromyalgie dans la famille des mitochondropathies3.

Certains médecins complémentaires n’hésitent pas à aller déjà un peu plus loin. Ils prennent très au sérieux l’origine mitochondriale de la fibromyalgie et recommandent un traitement mitochondrial de fond. Ce traitement renonce aux médicaments usuels, car des éléments laissent à penser que les antalgiques et les antidépresseurs affaiblissent l’activité des mitochondries et leur porte préjudice4.

À titre d’exemple et d’information, nous présentons ci-après le traitement de la fibromyalgie du Dr. med. Wolfram Kersten. Kersten a publié plusieurs études accessibles sur le sujet. Depuis 2008, il dirige à Bamberg un cabinet privé de médecine interne spécialisé dans la prévention et le traitement des maladies chroniques. Son traitement de la fibromyalgie repose sur plusieurs piliers, les deux premiers étant les piliers fondamentaux5

Adaptation de la charge mentale et physique

Chez les personnes atteintes de fibromyalgie, les réserves d’énergie sont faibles. Kersten leur recommande fortement d’adapter tous leurs efforts – physiques comme intellectuels – à la capacité disponible de leurs mitochondries («pacing»). Chaque effort qui aboutit à un épuisement endommage les mitochondries. Les entraînements physiques classiques activent la production d’acide lactique dans les muscles, ce qui réduit encore davantage les réserves d’énergie limitées et aggrave les lésions infligées aux mitochondries.  

Kersten ne conseille un entraînement musculaire «très prudent», peu intensif, que si l’équilibre acide-base et la fonction mitochondriale ont préalablement fait l’objet d’un traitement. Sur ce point, il est en désaccord avec les experts de l’EULAR. Ces derniers recommandent en effet aux personnes souffrant de fibromyalgie un renforcement musculaire par des exercices de musculation, et ce de manière générale et sans aucune restriction.

Rééquilibrage alimentaire

Par ailleurs, le succès du traitement de la fibromyalgie dépendrait d’un véritable rééquilibrage alimentaire. Kersten justifie cette affirmation par le fait que les troubles du métabolisme associés à la fibromyalgie perturbent l’assimilation des glucides. Dans le cadre de son traitement, il conseille aux personnes atteintes de fibromyalgie une alimentation pauvre en glucides et riche en graisses saines et en protéines, également appelée méthode LOGI (de l’anglais LOw Glycemic and Insulinemic Diet). Les règles sont les suivantes:  

  • Glucides: max. 20%
  • Aucun sucre
  • Graisses: 50-60%
  • Protéines: 20-30%

La méthode LOGI force le corps à s’approvisionner en énergie majoritairement en brûlant les graisses. Cela est censé réduire fortement le dysfonctionnement de l’assimilation des glucides, voire de l’éliminer.

Micronutriments

Les analyses de laboratoire poussées font régulièrement apparaître des carences importantes chez les personnes souffrant de fibromyalgie. Ces carences concernent plusieurs vitamines B (notamment la vitamine B12), les oligo-éléments et les minéraux tels que le magnésium, le sélénium, le zinc, le cuivre, la carnitine, le coenzyme Q10, les enzymes protecteurs antioxydants, le glutathion, etc.  

Selon la médecine complémentaire, une alimentation équilibrée est loin de suffire pour compenser cette importante carence en micronutriments. Elle préconise la prise de compléments alimentaires. Pour Kersten, de fortes doses de vitamine B12 doivent être administrées afin d’améliorer le métabolisme dans les mitochondries endommagées.

Réduction du stress oxydatif et nitrosatif

Pour débarrasser le métabolisme des radicaux d’oxygène et d’azote, la médecine complémentaire recommande différents antioxydants et substances végétales dans le cadre du traitement de la fibromyalgie, parmi lesquels la vitamine C, la vitamine E, l’acide alpha-lipoïque, la vitamine B3, le NADH, la carnitine et le coenzyme Q10, ainsi que tous les cofacteurs qui contribuent à une production optimale d’ATP dans la chaîne respiratoire et dans le cycle de l’acide citrique à l’intérieur des mitochondries.

Normalisation de l'équilibre acide-base

Autre pilier essentiel du traitement de la fibromyalgie selon la médecine complémentaire: les mesures visant à combattre l’hyperacidification. En cas de dysfonctionnement de la fonction mitochondriale, l’assimilation insuffisante des glucides entraîne une production excessive d’acide lactique. La médecine complémentaire voit dans l’hyperacidification la principale cause des douleurs musculaires. Elle conseille aux personnes atteintes de fibromyalgie de consommer beaucoup de substances tampons basiques. Outre l’apport de sels basiques, il est recommandé de prendre fréquemment des bains basiques et, dans les cas les plus graves, de boire des infusions basiques.

Détente

À l’instar de l’EULAR, Kersten conseille aux personnes souffrant de fibromyalgie d’acquérir des techniques de relaxation. Il mentionne notamment la détente musculaire progressive selon Jacobson, les techniques de respiration et la méditation. Il pense que les exercices de qi gong et de tai-chi visant à augmenter l’énergie ne présentent un intérêt perceptible qu’au stade précoce de la maladie.

Thérapie physique

Les mesures thérapeutiques recommandées incluent également les applications de chaleur (cataplasmes chauds, cataplasmes de fango) ou de froid. En cas de maladie de longue durée, Kersten conseille deux techniques physiques spécifiques permettant de régénérer la fonction mitochondriale: la thérapie hypoxique intermittente (IHT) et la thérapie par biophotons au laser planimétrique.  

La thérapie hypoxique intermittente (IHT), également appelée thérapie hypoxique-hyperoxique par intervalles (IHHT), simule un entraînement en altitude au moyen d’une alternance rythmée entre un air d’altitude raréfié et l’air environnement normal. Développée dans les années 80 pour les cosmonautes, les pilotes d’avions de chasse et les sportifs de haut niveau, cette méthode a pour but de stimuler le métabolisme énergétique des cellules et de régénérer les mitochondries endommagées.  

La thérapie par biophotons au laser planimétrique serait également efficace pour améliorer la fonction mitochondriale. Elle consiste à irradier l’ensemble du corps avec un laser planimétrique, en association avec des infrarouges.

Élimination des charges toxiques

Les médecins holistiques estiment qu’il existe un lien entre les dysfonctionnements des mitochondries et la pollution largement répandue causée par les polluants environnementaux et les métaux lourds. Leur élimination doit être confiée à des thérapeutes expérimentés, car les traitements intensifs de désintoxication peuvent renforcer les symptômes. En cas d’activité réduite des enzymes de désintoxication d’origine héréditaire, une cure de désintoxication est même exclue. 40% de la population sont tout de même touchés par ce polymorphisme enzymatique des enzymes inflammatoires.

Assainissement des foyers inflammatoires

En principe, un diagnostic et un traitement globaux des maladies chroniques comprennent toujours la recherche de foyers inflammatoires cachés dans les dents, la mâchoire, les amygdales, les sinus, les organes urogénitaux, etc. Ces foyers peuvent bloquer toutes les autres mesures thérapeutiques et doivent donc être éliminés ou assainis.

«Tout essayé!?»

De nombreuses personnes souffrant de fibromyalgie constatent tôt ou tard que la médecine conventionnelle ne peut guère les aider, ce que confirment les recommandations officielles de la Ligue européenne contre le rhumatisme. Les experts de l’EULAR n’attribuent une bonne note à aucun médicament pour ce qui concerne le traitement de la fibromyalgie. Par ailleurs, ils tirent également un bilan contrasté des formes de traitement non médicamenteuses.  

Comme on peut le comprendre, les personnes souffrant de fibromyalgie recherchent d’autres explications et s’intéressent aux traitements issus de la médecine complémentaire. La Ligue suisse contre le rhumatisme attire cependant leur attention sur le faible niveau de preuve de ce qu’on appelle la médecine mitochondriale. Seuls des rapports de cas ont fait état de son efficacité (et de son innocuité), mais aucune étude clinique.  

Par principe, nous conseillons aux patients de parler au préalable de leurs essais de traitement par la médecine complémentaire avec leur médecin traitant.

Remarques

  1. Sánchez-Domínguez Benito, Bullon Pedro, Román-Malo Lourdes, Marín-Aguilar Fabiola, Alcocer-Gómez Elísabet, Carrion Angel, Sánchez-Alcázar, Jose Cordero Mario, «Oxidative stress, mitochondrial dysfunction and inflammation common events in skin of patients with Fibromyalgia», 2015, Mitochondrion, 21.10.1016/j.mito.2015.01.010.
  2. Aeschlimann A., Acker J., Sandor P.S., «Fibromyalgie Syndrom – Update 2016» («Syndrome de la fibromyalgie – Mise à jour 2016»), dans: Fachzeitschrift Rheuma Schweiz n° 1/2017, p. 42-50.
  3. Pschyrembel Online, «Mitochondriopathien»(«Mitochondriopathies»), page consultée le 08.01.2018. Wikipédia, «Mitochondropathie», page consultée le 08.01.2018
  4. Alan Baklayan, «Fibromyalgie und Mitochondrien-Aktivität» («Fibromyalgie et activité mitochondriale»), 2017. Disponible à l’adresse http://healingfrequency.com/fibromyalgie-und-mitochondrien-aktivitaet/
  5. Dr. med. Wolfram Kersten, «Fibromyalgie-Syndrom. Endlich wieder schmerzfrei!» («Syndrome de fibromyalgie. Finies les douleurs!»), dans: «raum&zeit», 175/2012, p. 16-21. PDF disponible à l’adresse http://dr-kersten.com/downloads/rz-Fibromyalgiesyndrom-16.11.2011.pdf– Même auteur, «Differentialdiagnose und Therapie bei CFS und Fibromyalgie. Die Bedeutung Chronischer Stressbelastungen» («Diagnostic différentiel et thérapie du SFC et de la fibromyalgie. Importance du stress chronique»), dans: «CFS/ME-Forum», Heft 33/2013, p. 36-49. Source du PDF: www.dr-kersten.com

Revue: Dr. med. Simon Feldhaus, Baar ZG

Fibro F

Association Suisse des Fibromyalgiques
Vous trouverez de plus amples informations sur la fibromyalgie et les coordonnées de groupes d’entraide sur le site Web de l’Association Suisse des Fibromyalgiques.    

Conseils de lecture
Notre brochure «Fibromyalgie» présente la maladie et les différentes options thérapeutiques (48 pages). Elle laisse également la parole à des patients. Vous pouvez commander la brochure gratuitement et en toute simplicité dans la boutique en ligne de la Ligue suisse contre le rhumatisme.

Mots-clés