Existe-t-il un régime contre l’arthrite? (Partie 1)

Une femme qui choisi son alimentation

Sur le thème «alimentation et arthrite», on entend tout et son contraire. Les thérapeutes et les médecins qui prônent une approche globale voient dans le rééquilibrage alimentaire une alternative aux médicaments pour traiter les inflammations chroniques et ont pour objectif de réduire la prise de médicaments au moyen d’un régime anti-inflammatoire. Pour leur part, les rhumatologues sont partisans du traitement médicamenteux et continuent de considérer l’alimentation avec beaucoup de réserve, de rejet ou de désintérêt. Certains mettent en garde contre une carence en nutriments tous ceux qui se risqueraient à abandonner une alimentation mixte équilibrée.

Toutes ces thèses contradictoires perturbent les rhumatisants. Un rééquilibrage alimentaire m’aiderait-il à combattre mon rhumatisme inflammatoire? En quels conseils alimentaires puis-je avoir confiance? Et comment en parler à mon rhumatologue? Verra-t-il dans un rééquilibrage alimentaire une composante à part entière du traitement de mon arthrite ou seulement une mesure d’accompagnement certes louable et intéressante, mais sans aucun effet thérapeutique?

Quand il s’agit de leur propre santé, la plupart des patients adoptent une approche pragmatique – choisir une option sans renoncer à l’autre. Ils profitent de la médecine d’urgence, de la chirurgie moderne et des produits efficaces de l’industrie pharmaceutique, tout en faisant appel aux diagnostics et aux traitements proposés par la médecine fonctionnelle, la médecine énergétique (kinésiologie, homéopathie), la médecine spirituelle ou les médecines traditionnelles.

Si l’on veut faire un travail d’information, il ne faut pas avoir d’œillères. La Ligue suisse contre le rhumatisme souhaite examiner la question de savoir si un régime alimentaire permettrait de lutter contre les rhumatismes inflammatoires en balayant tout le spectre de la diversité des médecines existantes et aider les personnes concernées à mieux connaître le sujet en exposant les points de vue de la médecine conventionnelle comme des médecines complémentaires.

1. La médecine purement scientifique répond «non»

S’appuyant sur les concepts scientifiques et les preuves, la rhumatologie récuse toute possibilité que l’alimentation puisse permettre d’agir sur les rhumatismes inflammatoires. Selon ses tenants, si une alimentation équilibrée et saine peut contribuer au bien-être du rhumatisant, aucune donnée concluante ne permettrait de démontrer un quelconque effet thérapeutique de l’alimentation sur ces maladies.

Pour en savoir plus sur cette conception.

2. La rhumatologie ouverte au rôle de l’alimentation dans le traitement répond «oui» et «non»

Des études montrent que certains aliments influencent l’activité des inflammations. Aussi de nombreux rhumatologues répondent-ils à la question de l’opportunité d’un régime anti-arthritique à la fois par «oui» et par «non». Ils formulent des recommandations à appliquer en cas de rhumatisme inflammatoire, mais n’en font pas un traitement contre le rhumatisme inflammatoire.

Pour en savoir plus sur cette conception.

3. Les médecines hors courant dominant de la médecine répondent «oui»

Cela fait plusieurs décennies que des études montrent que de courtes périodes de jeûne (jusqu’à 9 jours) entraînent une amélioration spectaculaire, mais seulement temporaire, des symptômes de la polyarthrite rhumatoïde. La réponse moderne à cette problématique, ce sont les régimes d’élimination à moyen et long terme qui visent à traiter les maladies auto-immunes en guérissant la muqueuse et la flore intestinales. L’efficacité d’un traitement nutritionnel des rhumatismes inflammatoires est cependant difficile à démontrer selon les normes actuelles de validation scientifique.

Pour en savoir plus sur cette conception.

légumes

Maladies rhumatismales inflammatoires

La plupart des études relatives au lien entre alimentation et rhumatisme portent sur des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde. Pour autant, les résultats de ces études peuvent être appliqués à d’autres formes de rhumatisme inflammatoire, comme l’arthrite psoriasique ou la maladie de Bechterew. En revanche, la goutte ne fait pas partie des rhumatismes inflammatoires. Vous trouverez des conseils nutritionnels pour les goutteux à la page Rhumatismes de A à Z.

Conseils de la Ligue suisse contre le rhumatisme

  • Avec l’activité physique et la détente, une alimentation équilibrée est l’un des piliers d’un mode de vie sain.
  • Si vous envisagez d’opérer un rééquilibrage alimentaire, informez-vous soigneusement et méfiez-vous des promesses de guérison trop alléchantes.
  • Parlez de la mise en place du rééquilibrage alimentaire avec votre médecin de famille ou votre rhumatologue. En l’état actuel des connaissances, un régime alimentaire adapté peut compléter un traitement médicamenteux, mais pas le remplacer.

Mots-clés