Connaissances de base sur l’arthrose de la hanche

hanche (squelette)

Lorsque l’articulation de la hanche est saine, «tout marche comme sur des roulettes». Il n’y a jamais de frottements directs entre la tête sphérique du fémur et le cotyle, une cavité de l’os iliaque en forme de coupe dans laquelle se loge la tête du fémur. Une couche cartilagineuse élastique et un fin film lubrifiant (liquide synovial) assurent une interaction tout en souplesse entre la «tête» et le «cotyle».

La situation est tout autre dans le cas d’une arthrose de l’articulation de la hanche (coxarthrose dans le jargon médical). Cette maladie dégénérative touche l’ensemble de l’articulation, les os et les muscles de la région, ainsi que le tissu conjonctif qui entoure l’articulation. Aux premiers stades, la maladie se caractérise principalement par l’usure du cartilage. 

La pression exercée sur les os s’accroît à mesure que le tissu articulaire diminue. Pour compenser cette surcharge, des excroissances osseuses augmentent la surface articulaire et des ostéophytes ou des kystes se forment. Lorsque l’arthrose atteint un stade avancé, l’articulation de la hanche ne peut plus se mouvoir correctement. La couche cartilagineuse s’émousse et les proliférations osseuses limitent la mobilité, ce qui, associé à des douleurs de la hanche et à des contractions musculaires, constitue un signe clair d’une arthrose de l’articulation de la hanche.

L’arthrose de l’articulation de la hanche est la maladie la plus fréquente de la hanche. La plupart des patients ont entre 50 et 60 ans lorsque les premiers symptômes apparaissent. La maladie touche davantage les femmes que les hommes. Chez la femme, le cartilage articulaire est en effet moins résistant et peut subir une accélération de l’usure au moment de la ménopause.

Causes de l’arthrose de la hanche

Si le rhumatologue ne parvient pas à identifier une cause précise, on parle d’une coxarthrose «primaire» ou tout simplement «liée à l’âge». C’est le cas d’environ 20% des arthroses de l’articulation de la hanche. Il est fréquent que les deux hanches soient touchées.

Dans 80% des cas, l’arthrose de la hanche peut en revanche être imputée à une cause secondaire (connue), comme une lésion de l’articulation de la hanche consécutive à un accident, une déformation articulaire (par exemple, une dysplasie de la hanche, des jambes en X ou des jambes arquées) ou une maladie inflammatoire de l’articulation de la hanche, par exemple une polyarthrite rhumatoïde.

De manière générale, il faut souligner que le surpoids augmente la pression subie par l’articulation de la hanche. Cette sollicitation peut accélérer l’usure du cartilage articulaire. Il en va de même des sollicitations excessives ou incorrectes de l’articulation de la hanche dues à un travail physique difficile ou à une pratique sportive intensive.

Symptômes de l’arthrose de la hanche

L’arthrose de la hanche est une maladie chronique. Pendant des années, les personnes atteintes ne ressentent pas de douleurs et ne remarquent que progressivement les signes caractéristiques de l’arthrose de la hanche, tels que des douleurs de la hanche qui vont en s’accroissant, une perte de mobilité et des contractions musculaires. Plus la maladie progresse, plus les symptômes suivants sont marqués:

  • Douleurs articulaires, au début uniquement à l’effort, puis également au repos (en position couchée, en position assise ou la nuit)
  • Phase de dérouillage après une position assise prolongée ou le matin au lever
  • Douleurs dans l’ensemble de la zone, en particulier au niveau de l’aine, de la cuisse et de la région latérale de la hanche, qui irradient dans le fessier et jusqu’au genou
  • Troubles de la marche tels que dérobements ou claudication
  • Perte de mobilité de la cuisse en flexion, extension et abduction
  • Contraction des muscles et des tendons dans le bas du dos
  • Crissements dans la hanche

En cas d’arthrose en poussée congestive, on observe une inflammation de la membrane synoviale. L’articulation de la hanche étant profondément insérée dans la région de l’aine, les signes de l’inflammation (rougeur, chaleur, gonflement) sont difficiles à identifier. Les douleurs intenses provoquées par une arthrose en poussée congestive sont d’autant plus sensibles.

Traitement de l’arthrose de la hanche

En cas d’arthrose, il est conseillé de porter des chaussures amortissantes et de pratiquer des activités qui ménagent les articulations (vélo, aquafit ou marche sur sol souple). La physiothérapie est utile en cas de contractions musculaires provoquées par la douleur ou de déficits musculaires. Par ailleurs, les applications de froid ou de chaleur et, éventuellement, des chaussures adaptées et une canne pourront soulager les douleurs. 

Sur le plan médicamenteux, les antalgiques sont utiles, ainsi que les injections d’acide hyaluronique ou un traitement par PRP aux stades précoces à intermédiaires. Les injections de cortisone sont efficaces en cas de poussée d’arthrose. Si la souffrance provoquée par les douleurs ou la diminution de la fonction articulaire se traduit par une qualité de vie fortement amoindrie, la pose d’une prothèse pourra être envisagée.

prothèse de la hanche

La prothèse de la hanche
Cette opération classique de la hanche consiste à retirer la tête de l’articulation de la hanche touchée avec une partie du col du fémur et à fraiser le cotyle. Les deux parties de l’articulation artificielle de la hanche (tête de la prothèse et cotyle) sont ensuite insérées dans l’os avec ou sans ciment. Avec les matériaux actuels, la durée de vie d’une prothèse de la hanche est de 15 à 20 ans, après quoi elle commence à se desserrer. L’opération est aujourd’hui courante. Son succès à long terme repose cependant sur la capacité de récupération du patient.

Mots-clés