Épaule gelée (Frozen Shoulder)

Epaule gelée

On ignore ce qui déclenche ce mécanisme inflammatoire. Une raideur de l’épaule peut apparaître après une opération ou un accident. Elle est souvent diagnostiquée chez les personnes atteintes d’une maladie métabolique comme le diabète ou souffrant de problèmes thyroïdiens. Mais elle peut également survenir sans aucune cause identifiable.

Symptômes

Le processus inflammatoire progresse pendant plusieurs mois. Au cours de la première phase (une semaine à plusieurs mois), l’épaule est très douloureuse, surtout la nuit. Par la suite, les douleurs diminuent et l’épaule se raidit (pendant plusieurs semaines ou mois), le bras touché ne peut presque plus être tourné ou levé sur le côté. Pendant la troisième phase, la mobilité se rétablit lentement. En moyenne, il faut un an et demi pour que l’épaule retrouve complètement sa mobilité, sans générer de douleur.

Traitement

Dans le cas de l’épaule gelée, ce sont avant tout les symptômes que l’on combat. Outre les antalgiques, l’injection de cortisone dans l’articulation constitue souvent une bonne option durant la première phase.

Attention : durant cette phase, l’épaule touchée doit être ménagée ! La physiothérapie ne doit être mise en œuvre que pour traiter les effets secondaires, tels que la raideur de la nuque. La mobilité de l’épaule ne doit en aucun cas être forcée, le risque étant alors de voir réapparaître les douleurs ou de prolonger la raideur de l’épaule.

L’utilité d’une intervention chirurgicale est controversée. Elle doit être envisagée si les douleurs perdurent après deux ans et compromettent considérablement la qualité de vie.

Mots-clés